Dièse, c’est fini. On est à deux doigts de chialer mais on va se retenir. Tout le monde s’est franchement bien amusé pendant cette semaine de festival. Avant de se dire aurevoir, voilà le dernier photo reportage (couvrant vendredi et samedi) avec des tekos, des toilettes et beaucoup d’amour.

Les ingés son n’ont aucune idée de ce qu’ils font.

 

 

Ce type, c’est Monsieur Pop, le manager de Melville Inky Linen. Il nous a un peu mis la pression pour qu’on dise du bien de ses poulains.

 

 

Melville Inky Linen. Un groupe vraiment super.

 

 

Le public au top. 

 

 

Alerte gamers, nerds, geeks, freaks et autres passionnés de jeux-vidéo. L’association Replay investissait la cour de Flore pendant toute la semaine du festival.

 

 

Nintendo NES, Sega Master System. Tu viens de prendre un méchant coup de vieux.

 

 

L’assiette gourmande du vendredi soir. Enfin, ce qu’il en reste.

 

 

Il paraît que VooTV était là.

 

 

He is BACK.

 

 

The Rainbones, samedi soir.

 

 

Café double en warm-up pour la soirée de clôture du festival : “Une nuit à l’hôtel”.

 

 

Dj Naga, venu tout droit de Budapest.

 

 

La pluie commence à s’abattre sur les projecteurs et générateurs de l’ensemble de l’installation son et lumière de la cour de Flore. En gros, on pourrait tous crever. Heureusement, les ingés lumière ont leur harnais et ont regardé la dernière saison de Man vs Wild, ils sont opés pour nous sauver.

 

 

Une festivalière tente de cacher son alcoolisme derrière son verre. Loupé.

 

 

L’endroit le plus cool du festival.

 

 

Grosse nouveauté cour de Flore : des toilettes sèches ont été installées, sans doute pour éviter ce genre de mésaventure. Meilleure nouvelle de la soirée.

 

 

File d’attente pour uriner. On discute toilettes avec le public. Du coup, on se fait doubler 4 fois. Un barriérage aurait été apprécié.

 

 

That shit cray.

 

 

Fin de soirée avec le Bebop Swing

 

 

Gangster des platines. 

 

 

Le plus grand cabaret du monde, sans Patrick Sébastien. Mais avec Dj Typoboy.