LE TOP 20 DES TRUCS QUE TU FAIS L’ÉTÉ À DIJON

En juillet et août, la ville tourne au ralenti. Tu peux alors t’exercer à plein de trucs que tu ne faisais pas le restant de l’année. Il fait (normalement) très beau, les touristes sont arrivés et le Dijonnais est parti faire du camping dans le sud-ouest. Petit florilège des activités immanquables de ton été 2012.

 


–       Tu te motives pour acheter un vélo à la Rustine. Tu t’en serviras seulement trois fois.

 

-       Tu vas à la Poste Grangier, juste pour le kiff’. A n’importe quelle heure. C’est vide.

 

-       Tu peux prendre ta caisse et tracer au lac Kir en moins de 10 minutes. Sans te taper les bouchons vers la gare.

 

-       Tu es fier d’annoncer à tes potes qui sont au Cap d’Agde que toi, tu as Dijon Plage.

 

-       Tu vas tester la piscine olympique. Deux fois pendant l’été. Jusqu’à l’an prochain.

 

-       A peine arrivé rue de la Préfécture, tu viens de trouver une place pour te garer. Dingue.

 

-       L’Intermarché des facs est désert. Tu aimes prendre ton temps et flâner dans le rayon des yahourts. Tu sais que tu ne feras pas la queue à la caisse.

 

-       Tu vas aussi parfois te baigner au lac d’Arc-sur-Tille, ta Côte d’Azur à toi.

 

-       Comme par hasard, tu retrouves le numéro de tes potes qui disposent d’une piscine. Ou au moins d’une terrasse.

 

-       Tu n’attends pas 45 minutes avant d’être servi au McDo.

 

-       Le parc de la Colombière est ton nouvel ami. Tu y découvres le monde du footing et du cours de Capoeira en plein air.

 

-       Tu observes les touristes au centre-ville, ils te donnent le sourire. Tu les aimes plus que les Dijonnais.

 

-       Tu vas boire des cannettes place Wilson. Tu t’y installes comme si tu étais dans ton jardin.

 

-       Tu hésites entre aller boire des coups au Vieux Léon et regarder Breaking Bad.

 

-       Tu es en vacances, tu te lèves à 13h. Tous les jours.

 

-       Tu vas faire le marché. Tu te jures que tu y retourneras le reste de l’année. Ça n’arrivera pas.

 

-       Tu vas jouer au tennis vers le Bocage. Tu te jures que tu y retourneras le reste de l’année. Ça n’arrivera pas.

 

-       Tu attends ton bus pendant des plombes. Tu avais oublié que Divia passait en horaires d’été.

 

-       Tu aimerais savoir qui jouera au concert de rentrée. Rumeurs, racontars et on-dit animent certains de tes déjeuners.

 

-       Le rythme des soirées dans ton bar ou club préféré s’estompe progressivement. Tu en profites pour découvrir une nouvelle activité : l’apéro. Celui qui dure jusqu’à 5h du mat’.

 

- Pascal Chanteur

Photo : la place du 30 octobre, vide

18 Comments

  1. Stay fly

    Allez, à mon tour:

    Tu traverses le square Darcy persuadé, puisqu’il y a des gradins, qu’il y aura là un putain de concert de ouf le soir. Tu peux toujours rêver. Rien que des wawash et des blaireaux se faisant prendre en photo sur le dos de l’ours de Pompon.

    Tu te dis que c’est le moment de définitvement acter le fait que tu es un bobo, en recherchant où tu peux faire un brunch un jour de semaine. Bon, il y en a un excellent au Bento le samedi matin.
    Tu te demandes qui peut bien encore prendre de plaisir en roulant avec ces Vélodi qui grincent et avec lesquels tu faisais le con à 2h du mat’ place Wilson il y a encore quelques années.

    Tu vas à la Toison traîner ton spleen, jusqu’au moment où tu te rends compte que tu ne pourras même pas y faire un mac do.

    Tu ne maudis même plus les gros cassos qui roulent en merco le sond à fond rue de la liberté le soir, cherchant desespérement une biatch à ramener dans leur galère.

    Tu végètes dans ton caleçon jusqu’à midi, en te demandant si franchement, cela vaut bien le coup de prendre une douche.

    Tu pestes contre le rachat de la librairie Granger, puisque depuis sa fermeture tu peux plus aller te donner bonne conscience en ouvrant deux trois bouquins négligemment.

    Tu es prêt à aider énergiquement cette maman qui ruine ta tranquillité en terrasse parce qu’elle n’arrive pas à calmer son putain de chiard qui chouine depuis déjà trente minutes.

    Tu te rends à la Nef, à la bibliothèque municipale pour espérer y trouver un havre de paix, afin d’y lire l’encart sur le mercato dans l’Equipe, et en fait ça grouille de vieux avec des allures de grolandais qui piaillent trop fort à chaque emprunt. Ah, et oui, ils squattent toutes les places assises.

    Tu te demandes, en fait, si Baf est suffisamment à jeun pour ouvrir le Vieux Léon, ou si il n’est tout simplement pas en vacances (traduction : bourré dans un autre café)

    Tu prends en pitié les travailleurs du tram, souvent bien bronzés, alors même qu’on peut pas dire que ce soit le plein cagnard.

    Tu te demandes si la Péniche ne pourrait pas laisser ouvert son pont plus tard.

    Tu croises littéralement des armées de touristes chinois vers la gare, lesquels se dirigent en flot continu vers ces restos asiatiques douteux dont même la vitrine fout la gerbe.

    Tu n’oses pas mettre la tête sous l’eau au lac Kir, après cette histoire de staphylocoque doré atroce qui avait failli coûter un oeil à une copine.

    Tu en arrives à lire les faits divers façon “nouveau detective” présentes à la dégueulasse page 3 du Bien Public. T’as pas honte, personne n’en a rien à battre à la caise du Monop.

    Tu envisages de prendre le TGV rien que pour foutre une bastos dans la poire à Sebastien Follin, tant la météo vire à la Toussaint avant l’heure.

    Tu voulais aller pécho à la B.U., mais y’a rien que les vieilles qui font semblant de bosser derrière leurs bureaux, y’a pas un chat.

    Tu te félicites lâchement de rien foutre cet été en voyant la caissière galérer sous les néons.

    Tu souhaitais sincèrement te grailler une salade un peu leg’ au Marco Polo pour retrouver la ligne, mais en fait tu patauges dans un plat dont il serait indignes de citer le nombre d’ingrédiens qui s’ajoutent à l’époisses.

    Tu te demandes quand reprend la ligue 1, quand même.

    Tu te rappelles qu’une caméra savamment disposée t’empêche de prendre ton pied à pisser sur cette chouette que tous les mongols tripotent à tour de rôle.

    Bref, tu hantes Dijon.

  2. Stay fly

    ah oui, et tu te marres comme tous les ans en voyant au final qui sera en concert de rentrée

  3. Georges

    Stay Fly <3<3<3
    Concert paralympique de rentrée. Change rien Rebs.

  4. Lil'

    Aussi tu met 13 minutes très exactement à aller bosser à Quetigny depuis le centre ville alors que le reste de l’année, t’en a mis 25 voire 30.

  5. Fred Ji

    Pascal Chanteur vs Stay Fly : 1 – 1
    M’avez bien fait rigolé les gens… C’est tellement çà !!!

  6. Flute abec

    Tu te demandes si la Péniche ne pourrait pas laisser ouvert son pont plus tard. +1

  7. Antoine BF

    Je constate avec grand regret que vous ne lisez pas les parutions quotidiennes de notre magnifique journal local qui vient de révéler une grosse partie de la programmation tant attendu du concert de rentrée, pour le plus grand bonheur de Georges et Stay Fly.
    Attention c’est énorme.
    Je vous laisse lire l’article.

    http://www.bienpublic.com/region-dijonnaise/2012/07/17/dijon-va-chercher-charlie

  8. Stay fly

    Ce sera le moment de prendre votre ptite nièce sur les épaules et de la faire applaudir.
    OU PAS.

  9. Georges

    Antoine : Si, vu ouais.. Avec ma blague pourrave je faisais allusion à ce papier.

  10. on peut aussi aller visiter des musées…les jadins des siences et de l’arquebuse et….nan okay ouai j’vais m’pendre MDr!..nnan trop bien, on peut admirer les rame de tram vide en essais…en mode” wouaahhhhhhhhouuuu” “il est bo il est roooose” trop d’la balle XD!

  11. Jiji

    Et que font les bobos avec des enfants ?

  12. Tu parts dans Dijon à la chasse au trésor ……………..
    Sur http://www.letresor.fr

  13. Je me faisais la remarque pour les chinois avant-hier, ils sont magiques.
    Tellement pour les vieux à la Nef!

  14. Antoine BF

    J’ai vu j’ai vu Georges, j’ai me suis même esclaffé en lisant ta boutade ce matin, mais bizarrement ma première publication n’avait pas fonctionné et lors de mon second essai le concert paralympique n’était pas encore lisible. De toute façon, depuis le bug de l’an 2000 c’est la merde l’informatique, c’était mieux avant, exactement comme la météo.

  15. trop bien et tellement vrai lol

  16. Tu squatte la piscine du parc en clandestin à minuit avec quelques bières.

  17. Ju

    Tu sais que tu es en Juillet à Dijon quand à 23h t’es tout seul place Wilson, et que tu croises 2 voiture en gros devant les galeries.

    #villefantôme

  18. marie

    messages très droles!

Leave a Reply